Les accidents de la vie courante seront-ils labellisés grande cause nationale 2013 ?

Les accidents de la vie courante seront-ils labellisés grande cause nationale 2013 ?
Un sondage réalisé début janvier par l’Institut CSA à la demande du CLAC (Collectif inter associatif de la Lutte contre les Accidents de la Vie Courante) a mis en évidence que 72% des Français sont « favorables à ce que la prévention des accidents domestiques (accidents parfois mortels survenant au domicile : chutes, brûlures, noyades, intoxications, …) soit la cause choisie pour 2013 » au titre du Label Grande Cause Nationale.
Les résultats de ce sondage confortent donc les membres du Collectif, parmi lesquels l’UNASS, dans leur décision prise en novembre dernier de déposer un dossier de candidature. Le CLAC se félicite de ce soutien massif qui vient s’ajouter à la dynamique associative et institutionnelle autour de cette cause.
L’obtention du label grande cause permettrait de mettre en place une politique nationale d’information et de prévention d’envergure, à l’instar de ce qui a pu être fait pour la sécurité routière, le cancer, les violences faites aux femmes…
Le caractère dramatique des chiffres récurrents des accidents de la vie courante (20 000 décès annuels, 4.5 millions de blessés, 11 millions d’accidents) ne doit pas faire oublier que ces accidents sont évitables ! Une campagne de prévention permettrait d’épargner des vies. Il faut en effet garder à l’esprit que les accidents de la vie courante constituent la troisième cause de mortalité française et la première cause d’hospitalisation.
Depuis l’annonce de sa candidature, le CLAC se félicite de la dynamique créée autour de cette cause :
- 3 associations ont rejoint le collectif, portant le nombre de ses membres à 52 ;
- Des parlementaires de tous bords, soutenant la candidature, ont interpellé le gouvernement. D’autres ont déposé une proposition de loi visant à faire des accidents de la vie courante la grande cause nationale de l’année 2013.
Le collectif inter associatif appelle donc le Premier Ministre à tenir compte de l’important soutien populaire, associatif et institutionnel autour de cette grande cause que constitue la prévention des accidents de la vie courante.